Retour
Nos prises de parole 17 Avril 2019

Investir dans le non coté

Investir dans le non coté ou comment allier performance et décorrélation des marchés financiers ?
Ces six dernières années, le capital investissement français s’est maintenu à un rythme de croissance positif. En 2018, les levées de fonds ont représenté 18,7 Mds€, soit deux fois plus qu’en 2015 (9,7 Mds€). Près de 80% des levées de fonds réalisées l’an passé, ont été investies dans plus de 2 200 entreprises, pour la majorité, françaises et notamment des PME (63%).*

France Invest annonce un objectif de collecte de 20 Mds€ pour 2020. Le Private Equity semble donc avoir encore de beaux jours devant lui …
Lors de cette interview, notre Directeur de la Gestion Privée Jules Nicou, se penche plus en détail sur la question et nous explique ce qu’est le Private Equity.

Qu’est ce que le non coté ?
L’investissement en non coté consiste à prendre des parts au capital de PME, et ainsi de participer au développement de petites et moyennes entreprises. Ces investissements offrent la possibilité de réaliser de bons rendements mais expose l’investisseur a un certain niveau de risque.
 
Une société connaît au cours de son existence différentes phases de développement : sa création, sa croissance en passant parfois par des difficultés pour atteindre finalement sa phase de maturité.
À chacune de ces étapes correspond un type de « capital-investissement » : le capital-risque, le capital développement, les fonds de retournement ou de mezzanine et le capital-transmission.
Accompagner les entreprises à chacune de ces étapes est le rôle de l’investisseur en non coté.

Pourquoi se diversifier des marchés actions ?
De nombreuses inquiétudes apparaissent ces derniers mois liées aux conséquences du Brexit ou encore par les sanctions commerciales décrétées par Donald Trump…ce climat laisse présager une certaine volatilité sur les marchés financiers et un ralentissement probable de la croissance mondiale, malgré le soutien des grandes Banques Centrales.
 
Dans ce contexte, le Brexit pourrait devenir une réelle opportunité pour les fonds de Private Equity. En effet, les entreprises qui devraient tirer leurs épingles du jeu sont celles qui seraient directement affectées par le Brexit. Elles sont dépendantes du marché Européen, soumises à ses lois, utilisent pour certaines de la main-d’œuvre européenne... Ces entreprises, menacées par le Brexit et en particulier d’un « no-deal », pourraient constituer des actifs intéressants pour les fonds sachant trouver la stratégie adéquate.
Ainsi, le BCG a identifié plusieurs secteurs tels que la distribution industrielle, les cliniques privées, l’industrie aéronautique et les services de recrutement comme pouvant être particulièrement affectés par le Brexit, et alors devenir des cibles intéressantes.

En quoi est-ce diversifiant ?
Les fonds de Private Equity ont un potentiel de performance supérieur aux classes d’actifs traditionnelles (actions, obligations, immobilier)**. La contrepartie réside dans la durée d’investissement plus longue et la liquidité limitée pendant la période d’investissement. (Source : AFIC étude 2016)

En outre, compte tenu de la profondeur du marché de cette classe d’actifs, la construction de portefeuilles d’investissement très diversifiés est simplifiée.

Qui peut investir ?
L’investissement en non coté s'adresse uniquement à des investisseurs avertis ou à des personnes physiques ou morales ayant une surface financière suffisante pour accepter un engagement dans le non coté sur le long terme, et les risques y afférents.

Comment investir ?
Vous pouvez investir dans un portefeuille diversifié de sociétés via un fonds ou investir avec d'autres investisseurs dans une opération ciblée qui concerne un ou plusieurs actifs, on parle alors de « Club Deal ». Le Club Deal réunit ainsi un nombre d’investisseurs privés participant directement ou indirectement à l’acquisition d’un ou plusieurs biens.  

Comment optimiser sa fiscalité en investissant dans le non coté ?
La plupart des investissements en non coté sont éligibles au PEA et au PEA-PME.
Depuis le 1er janvier 2019, les gains issus des PEA (ou du PEA-PME) de moins de 5 ans sont taxés à 30% (flat tax). Les gains issus des PEA de plus de 5 ans sont taxés à 17,2% (exonérés d'impôt mais soumis aux prélèvements sociaux), sous réserve de s’engager à conserver ses parts au moins 5 ans et de réinvestir dans le fonds l’ensemble des distributions pendant cette période. 
Le PEA classique (bancaire ou assurance) et le PEA-PME étant cumulables, vous pouvez verser jusqu'à 225 000 € par contribuable dans le cadre de ces plans.
Il est donc plus que jamais grand temps d’étudier attentivement ces enveloppes.

Les avantages fiscaux sont présentés à titre indicatif et ne constituent pas un conseil de la part de la société de gestion. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque investisseur et les dispositifs présentés sont susceptibles d’être modifiés ultérieurement. Les investisseurs doivent consulter leurs propres conseils au préalable d’un investissement.

Quel est le savoir faire d’123 Investment Managers en la matière ?
Acteur de référence dans le financement d’activités dans ses secteurs de prédilections comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, la dépendance-santé et la promotion immobilière, 123 IM continue de proposer de nouvelles opportunités sur son offre historique en fonds obligataires diversifiés, en immobilier et en club deal.

De Jules Nicou 
Directeur de la Gestion Privée chez 123 Investment Managers

*Source : France Invest – Etude « activité des acteurs français du capital-investissement » - 30eme édition, 28 mars 2019
** La performance n’est ni garantie ni contractuelle et ne constitue qu’un objectif de placement. Par ailleurs 123 IM rappelle qu’investir dans le non coté présente un risque de perte en capital et d’illiquidité. Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

 
Partagez sur

Découvrir aussi

$
Merci votre inscription a bien été prise en compte.

Merci de retourner votre appareil