Genae, le champion du sport accessible à tous

Partager cet article
Logo facebookLogo TwitterLogo LinkedIn
Illustration de l'article

Entretien avec Anthony Barquisseau, fondateur des clubs de fitness Genae, le sport accessible à tous

Temps de lecture : 6 minutes

Entretien avec Anthony Barquisseau, fondateur des Clubs de fitness Genae, pour qui ses clients sont des « invités » et ses collaborateurs des « coéquipiers ».

1. « Rendre le sport accessible à tous » : pouvez-vous nous en dire plus sur cette mission et comment vous la mettez en œuvre ?

C’est une accessibilité en 3 dimensions. Depuis toujours je suis convaincu des immenses bienfaits de l’activité physique. Je souhaitais ainsi offrir à chacun une pratique sportive qui lui plaise. Chez Genae, que l’on soit un enfant de 2 ans, un patient en rémission d’un cancer, un sportif de haut niveau, un handicapé, une mère de famille ou une personne n’ayant jamais fait de sport, on peut trouver un cours à son niveau parmi les 250 heures de cours proposées par semaine. Cette variété et qualité de l’offre est la première dimension de l’accessibilité.La seconde dimension, c’est le tarif : nous n’imposons ni engagement, ni droits d’entrée mais un tarif à l’heure ou au mois. Si notre principe fondateur « payez ce que vous pratiquez » offre une grande liberté à nos « invités », il nous stimule aussi pour les inciter à revenir. A noter que malgré nos bas tarifs, nous ne suivons pas pour autant un modèle low cost. Au contraire, nos machines sont haut de gamme, nos coachs sont des experts et nos Clubs spacieux et bien agencés. Enfin la troisième dimension de l’accessibilité repose sur la qualité de service de Genae. Elle  est au cœur de notre concept et un facteur clé de la fidélisation : dans chacun de nos Clubs vous trouverez, de l’ouverture à la fermeture, une forte densité de coachs au service de nos « invités » avec pour mission d’« animer » leur session. Notre objectif : nous ne voulons pas être bons ou excellents. Nous voulons être légendaires !

2. En quoi votre qualité de service est-elle différenciante ?

Comment la mettez-vous en œuvre ? Nous croyons beaucoup aux bienfaits du contact humain. Une équipe heureuse est à l’origine de l’expérience client Genae. Nous attachons donc beaucoup d’importance au recrutement, à la formation et à la rétention de nos collaborateurs, qu’ils soient coachs ou opérationnels. Nous avons développé nos propres méthodes pour nous assurer que nous partagions tous les mêmes valeurs et une vision commune de Genae et de sa mission.Par exemple pour le recrutement, nous utilisons le sport en équipe pour sélectionner les candidats dont la personnalité est en accord avec notre ADN. Evidemment, les compétences sportives et techniques sont importantes, mais aimer le contact humain, avoir de l’empathie et être passionné l’est tout autant. Les candidats sélectionnés auront ensuite droit à un parcours d’intégration comportant des formations sur la mission et les valeurs de Genae, la sécurité et la qualité de service. Cela donne des « coéquipiers » très complets et contribue à la convivialité de nos Clubs.

3. La formation semble être un sujet qui vous tient à cœur et que vous avez mis en œuvre en créant la Genae Academy il y a 4 ans. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dès la création des Clubs Genae en 2008, j’ai eu la volonté d’ouvrir une école de formation aux métiers du sport. Et nous y sommes arrivés ! En 3 ans, la Genae Academy a délivré plus de 35 diplômes d’Etat de professionnels du fitness. En 2019, nous continuons sur cette lancée en proposant de nouveaux diplômes et plus de sports.

Nous pensons notamment que notre académie se distingue de trois façons :

  1. nos élèves peuvent s’entraîner sur des outils fantastiques puisqu’ils bénéficient de l’accueil dans nos Clubs qui sont tous équipés de matériel de qualité et dernier cri ;
  2. du fait de la très grande diversité de cours, les élèves peuvent découvrir un large éventail de pratiques allant de méthodes douces de ressourcement aux entraînements cardios très intensifs ;
  3. notre cursus comprend également des modules « business » tels que la formation au management, au développement commercial ou à la gestion de projet et des modules « santé » tels que le coaching cancer.

4. Est-ce que vous avez vocation à recruter les diplômés dans vos Clubs ? Comment gérez-vous les carrières de vos collaborateurs ?

Non, ce n’est pas notre objectif même si nous avons près d’un tiers des coachs qui intègrent nos Clubs après leur formation. Certains préfèrent tester d’autres enseignes – et nous sommes fiers de les voir venir chez nous quelques temps après car ils partagent nos valeurs et adhèrent au projet Genae. Nous pensons important de prendre soin de nos collaborateurs et notamment de nos coachs en nous investissant sur le long terme à leurs côtés. D’une part nous limitons le nombre d’heures de cours qu’ils enseignent par semaine afin de faire durer leur vie de sportif. D’autre part nous les incitons à prendre des responsabilités en portant deux casquettes : celle de coach et une autre plus opérationnelle au sein du Club. Cela leur permet d’acquérir des compétences transversales, d’apprendre à gérer équipes et projets tout en prolongeant leur carrière sportive. Cela permet également d’envisager une reconversion : ainsi une de nos coachs est devenue manager d’un de nos Clubs après quelques années d’enseignement.

5. Cette volonté de faire différemment se retrouve également au niveau de votre Conseil de Surveillance. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je ne voulais pas d’un conseil de surveillance classique, ni sur le fond, ni sur la forme. Et je voulais être épaulé de personnalités à double compétences : j’ai donc recherché des indépendants qui apportaient des expertises complémentaires aux nôtres afin d’avoir de vrais débats d’idées stratégiques et de dépasser le cadre de l’approbation des comptes. Et sur la forme, j’ai opté pour une journée entière qui comprend des moments de sport – on ne se refait pas ! – et des expériences en équipe afin d’accroître l’alchimie. Cette formule a séduit puisque, malgré des agendas chargés, les membres sont tous au rendez-vous trois fois par an. Cette ouverture et cette volonté d’écoute apportent beaucoup de richesse à notre entreprise et contribue à la création d’un concept sportif unique et séduisant.

6. Nous avons abordé les aspects sociaux et gouvernance de votre stratégie RSE. Reste l’environnement – êtes-vous aussi impliqué sur ce sujet d’actualité ?

Nous sommes conscients d’être de gros consommateurs d’énergie et d’eau. Nous avons fait de l’environnement un de nos thèmes majeurs pour 2019. Ainsi, nous avons lancé un programme d’amélioration environnemental en 7 points : les « oranges vertes ». Conseillés par l’ADEME, organisme d’Etat qui a réalisé des audits dans nos Clubs, nous étudions des sujets aussi variés que la fourniture d’énergie verte, l’éclairage aux LED, les douches à vapeur d’eau ou les appareils de sport qui produisent de l’énergie de par leur utilisation. Nous avons déjà mis en place des douches avec bouton pressoir pour prendre conscience du temps passé sous l’eau, des distributeurs de produits d’hygiène en vrac, le tri sélectif et très prochainement des gourdes durables pour éradiquer l’usage des bouteilles en plastique – toutes sortes de projets dont nous constatons qu’ils suscitent l’enthousiasme et l’adhésion de nombreux « invités », ce qui nous conforte dans notre objectif de devenir un précurseur du « green fitness » en France.

7. Au-delà de rendre le sport accessible aux familles, enfants, handicapés et non-pratiquants, vous initiez de nombreuses actions bénévoles pour aider les plus fragiles par le sport. Pourquoi cette forte implication dans la communauté ?

Comme expliqué au début, je suis animé par une volonté de démocratiser la pratique du sport car je suis convaincu de ses bienfaits pour tous, surtout aux moments difficiles de la vie. Ma vision est qu’au-delà des bénéfices physiques, le sport accompagné par un coach ou pratiqué en groupe, recrée du lien social et apporte des bénéfices psychologiques. Ainsi, nous accueillons les entrepreneurs de 60 000 rebonds, association d’aide aux chefs d’entreprise en post-liquidation, car faire du sport dans ces périodes de doute de soi contribuera à retrouver l’énergie de repartir. De même, nous avons instauré le Momo’s Month, en hommage à ma mère décédée d’un cancer, un mois durant lequel nous offrons aux personnes touchées l’accès à toutes les activités de nos Clubs.

Date de publication
20/2/2019
Illustration de l'article

Nos dernières actualités

Logo 123 jaune en arrière plan
Rendez votre boîte email extraordinaire, recevez nos actualités.
Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de visite. Plus d'informations.