Interview du lauréat du Prix 123 IM x Antropia ESSEC 2020

Partager cet article
Logo facebookLogo TwitterLogo LinkedIn
Exemple de maison du lauréat
Illustration de l'article

5 questions au lauréat du Prix 123 IM x Antropia ESSEC 2020 « La Maison des Sages »

La 1ère édition du Prix 123 IM x Antropia ESSEC, prix dédié aux entrepreneurs sociaux proposant une solution innovante sur la thématique du « bien vieillir » a été décerné en avril 2020 à la « Maison des Sages », une association proposant une solution à impact social pour le maintien à domicile des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Fondée en 2017 par Alexandre Schmitt, elle a créé une forme très ingénieuse de colocation pour des personnes dont l’état de santé ne leur permet plus de vivre seules chez elles. Son fondateur, Alexandre Schmitt nous raconte son aventure en cinq questions.

(temps de lecture 5 minutes)

1. Comment avez-vous eu l’idée de la Maison des Sages ?

J’ai été confronté à la maladie d’Alzheimer à titre familial. Après un double cursus d’école supérieure de commerce et d’études universitaires en psychologie clinique, j’ai créé en 2000 l’association de famille France Alzheimer Paris, puis en 2001 l’organisme de formation professionnelle Alzheimer Formation que j’ai dirigé pendant 12 ans.

En 2010, j’ai découvert de très belles expérimentations de domiciles partagés pour personnes malades Alzheimer en Allemagne et dans le Morbihan. J’ai perçu toute l’innovation à l’œuvre : ces modèles d’habitats partagés et accompagnés répondaient aux souhaits de ces personnes fragilisées de vivre dans un logement ordinaire et familial en cœur de ville, et offraient des solutions aux difficultés majeures rencontrées à domicile comme en EHPAD par les familles et les accompagnants.

En 2013, j’ai lancé le projet Maison des Sages avec le docteur Alain Smagghe, médecin gériatre. Grâce à nos premiers partenaires – l’Alliance des Avocats pour les Droits de l’Homme, Antropia ESSEC, la Fondation Bettencourt et Humanis – nous avons pu réaliser une étude de faisabilité et poser les fondements du projet.

2. Quel est votre retour d’expérience avec la Maison de Buc ?

Après six années de travail, avec les joies et les déconvenues que vivent tous les entrepreneurs sociaux, nous avons ouvert la première Maison des Sages à Buc (78) le 1er octobre 2019 et le bilan des six premiers mois est globalement très positif tant pour nos colocataires que pour leurs familles et les assistantes de vie qui les soutiennent.

En effet, nous constatons qu’entre le bon climat relationnel, les nombreuses activités partagées et la qualité des repas préparés ensemble, nos colocataires ont gagné en appétit, supprimé des suppléments et diminué leur consommation de médicaments.

Les familles participent activement à la vie quotidienne de la Maison et le « conseil des Sages » qui les réunies tous les trimestres joue son rôle de régulation et d’ajustement des règles en fonction des besoins. Elles sont ravies que leur parent vive « comme à la maison » et expriment volontiers leur satisfaction de ne plus avoir l’angoisse de laisser ce parent seul et leur joie de le voir s’épanouir dans ce nouveau cadre.

Les assistantes de vie apprécient d’avoir un emploi proche de leur domicile, à horaires et fixes et continues et sont très satisfaites de travailler en collectif, tant pour le soutien que l’encadrement.

Ces excellents résultats nous incitent à accélérer notre développement au-delà de la 2ième Maison qui devrait ouvrir en fin d’année aux Loges-en-Josas.

3. Quel est votre vision à 15 ans de votre association ?

Notre objectif est d’ouvrir 10 Maisons des Sages à horizon 2025 sur les départements 78, 92 et 75, et de prouver que « l’habitat inclusif » pour personnes âgées atteintes de maladie neuro-évolutives est un modèle d’avenir, économiquement viable, qui répond à un fort enjeu de société aux multiples impacts.

Dans un second temps, nous envisageons d’essaimer sur les autres départements d’Ile de France car on recense des besoins importants en termes d’accompagnement de personnes malades dans cette région qui regroupe 20% de la population française. Je suis convaincu que ces besoins vont considérablement augmenter dans les années à venir, au regard des données démographiques et épidémiologiques, et de la baisse des dotations publiques pour la création de nouveaux Ehpad. Nous prévoyons d’ouvrir 20 à 30 Maisons des Sages en Ile de France sur la période 2025-2035.

En parallèle et toujours à l’horizon 2035, nous souhaitons déployer notre modèle sur la France entière, en allant à la rencontre des Conseils départementaux, des communes et des associations de familles en régions. Notre objectif est de les conseiller tant sur l’ingénierie de tels projets d’habitats inclusifs pour personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer que sur leur fonctionnement. Une des pistes envisagée est la création d’une franchise « Maison des Sages ».

Notre volonté est de démontrer la force de notre modèle en menant d’abord une expérimentation sur un territoire limité aux Yvelines, Hauts de Seine et Paris, avant de passer à une phase d’essaimage et de duplication à plus grande échelle, d’abord au niveau régional Ile de France, puis sur tout le territoire français.

4. Qu’attendez-vous du prix et du mécénat de compétences de 123 IM ?

Nous souhaitons aujourd’hui capitaliser sur la première expérimentation de Maison des Sages à Buc pour essaimer et changer d’échelle. Notre besoin en mécénat de compétence de 123 IM s’articule autour de trois axes principaux :

  1. Bénéficier de l’expertise d’123 pour nous aider à trouver des partenaires financiers et immobiliers susceptibles de doper nos recherches et nous permettre d’acquérir de nouvelles Maisons des Sages : fonds d’investissement, Family Office, entreprises, particuliers, Fondations et Fonds de dotation, groupes de construction immobilière…
  2. Affiner notre stratégie de communication, tant sur les objectifs que sur les moyens à mettre en œuvre : rédaction d’un argumentaire-projet attrayant, refonte du site internet, utilisation des réseaux sociaux, utilisation des médias, actions de crowdfunding, élaborations de supports papiers attractifs (plaquettes, flyers),
  3. Élaborer et nous épauler pour réussir une stratégie de levées de fonds ambitieuses tant auprès du grand public, que des entreprises, des investisseurs solidaires et mécènes.

5. Quels seraient vos 3 conseils aux entrepreneurs sociaux ?

  1. Avant de vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale, évaluez bien les risques (financiers, humains, réglementaires) et les sacrifices personnels que vous êtes prêts à faire pour réaliser votre projet (financiers, familiaux, professionnels). Et posez-vous la question : quelles sont mes portes de sortie si je ne concrétise pas mon projet ?
  2. Ne jamais sous-estimer le temps long de la réalisation d’un projet entrepreneurial et les besoins financiers pour le concrétiser : il y a souvent un décalage entre la théorie/idée et la pratique/réalité !!
  3. Sachez bien vous entourer et n’hésitez pas à demander de l’aide : tout seul, on avance plus vite, mais à plusieurs, on va plus loin. Et pensez au mode de gouvernance : êtes-vous prêts à partager le pouvoir et les prises de décisions ? Avec qui ? Le montage juridique est ici très important.

La vie d’entrepreneur s’apparente à une montagne russe, avec des moments d’euphories et de découragements, qui oscille entre certitudes et doutes : pour aller au bout de son projet, il faut s’accrocher à la barre et maintenir le cap les yeux rivés sur la ligne d’horizon, tout en restant « agile », faire preuve de souplesse et s’adapter en permanence aux vagues des situations.

Souvent mettre ses certitudes et son égo de côté, rester humble, sans pour autant dévier de ses propres valeurs : un « juste milieu » et un équilibre très subtil à trouver !

Date de publication
6/5/2020
Exemple de maison du lauréat
Illustration de l'article

Nos dernières actualités

Logo 123 jaune en arrière plan
Rendez votre boîte email extraordinaire, recevez nos actualités.
Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de visite. Plus d'informations.